On dit que Bordeaux est la capitale du vin. En effet, tellement d’appellations sont utilisées pour désigner les meilleurs vins de Bordeaux. Il y en a tellement au point de semer la zizanie dans votre esprit. Vous aimez le vin, mais vous n’y connaissez rien ? Sachez d’abord que le système de classification des vins du bordelais se base sur cinq classements dont le classement de 1855, les crus classés de Graves, les grands crus de Saint-Emilion, les crus bourgeois et les crus artisans. Sur ce, faites bouillir vos neurones ! Après tout, un peu de culture générale ne vous fera pas de mal. Voici donc quelques explications toutes simples relatives au mode de classification des vins du bordelais.

Le classement de 1855 : le classement de référence des vins de Bordeaux

Ce classement est le plus célèbre parmi les autres systèmes de classement des vins du bordelais. À ce titre, cela fait de lui une référence lorsque l’on parle de vins de Bordeaux. Son origine remonte sous le règne de Napoléon III lors de l’exposition universelle de Paris. Il n’inclut que des vins de la rive gauche de la Garonne à savoir les blancs liquoreux du Sauternais, les vins rouges du Médoc et un vin rouge des Graves. Depuis Napoléon III, ce système de classement n’a subi que deux changements à l’instar du rajout du Château Cantemerle en tant que Cinquième Cru le jour même de l’exposition de Paris et quant à la seconde modification, elle a eu lieu le 21 juin 1973 en faisant passer le Château Mouton Rothschild de deuxième cru à premier cru. Le classement de 1855 ne ressemble nullement à la méthode de classement typique que vous connaissez : du type premier, deuxième ou encore troisième. Le rang n’est en aucun cas l’élément pris en considération. En fait, il s’agit plus d’une catégorisation des châteaux suivant la réputation de leurs vins, la qualité de ces derniers ainsi que leur prix. D’une part, parmi les blancs liquoreux du Sauternais, on distingue trois sortes de catégorisations dont la plus honorable est désignée par « Premiers Crus Supérieurs », viennent ensuite « les Premiers et Deuxièmes Crus. D’autre part, parmi les vins rouges, les vins sont catégorisés par ordre d’importance sur cinq rangs dont les Premiers Crus, Deuxièmes Crus, Troisièmes Crus, Quatrièmes Crus et Cinquièmes Crus. Si vous voulez un aperçu des grands vins de Bordeaux, vous pouvez aller voir ce site pour en savoir plus.

Le classement des Graves et celui de Saint Emilion

Le classement des Crus classés de Graves a été établi en 1953 par l’Institut National des Appellations d’Origine et n’a depuis subi qu’une légère modification en 1959. En fait, ce classement consiste essentiellement à valoriser les seize châteaux les plus productifs du vignoble, aussi bien en matière de vins rouges que de vins blancs. En tout, sept châteaux sont classés sur leurs vins rouges, trois produisent du blanc et le reste, les deux en même temps. Au même titre que le classement des crus classés de Graves, le classement de Saint Emilion a également été établi par l’Institut National des Appellations d’Origine mais une année plus tard, en 1954. Le classement des vins de Saint Emilion consiste à récompenser des châteaux à l’issue d’un concours du meilleur vin. Ce classement regroupe les grands crus classés et les Premiers Grands Crus Classés. Ces derniers quant à eux se subdivisent en Premiers Grands Crus Classés A et Premiers Grands Crus Classés B.

Les crus bourgeois et les crus artisans du Médoc

Le classement des crus bourgeois couvre notamment les domaines du Médoc. Environ quatre cents Crus Bourgeois ont été récompensés sur trois distinctions dont les Crus bourgeois, les Crus bourgeois supérieurs et les Crus bourgeois exceptionnels. Le premier classement officiel voit le jour en 2003. Il reprend les bases de la catégorisation crus bourgeois, crus bourgeois exceptionnels et crus bourgeois supérieurs pour certains vins : Médoc, Listrac, Saint-Julien et bien d’autres encore. Les résultats ayant été fortement contestés, il a été officiellement annulé en 2007. Depuis 2010, la notion de catégorie a été abandonnée pour laisser place au label « Cru Bourgeois du Médoc ». Il en est de même pour les crus artisans qui, tout comme les crus bourgeois, évoluent dans cette optique de labellisation des vins. Lorsque vous faites un achat de vin de bordeaux labellisé cru artisan, vous pourrez ainsi voir imprimé sur la bouteille « cru artisan ». Contrairement aux crus bourgeois, les domaines concernés par la labellisation du meilleur cru artisan ne peuvent excéder les cinq hectares de vignes. En gros, tout cela peut vous sembler  théorique, mais si vous souhaitez approfondir le sujet, vous pouvez parcourir en un clic les vins de Bordeaux via la page web de la grande cave qui propose toute une variété de vins issus des trois maison de négoce de la famille Castéja. Pour aller encore plus loin, pourquoi ne pas faire un achat de vin en primeur ? Il s’agit en fait d’une sorte de méthode de réservation qui est monnaie courante à Bordeaux. Cela consiste à acheter le vin au printemps avant même qu’il ne soit mis en bouteille.